Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
8 septembre 2011 4 08 /09 /septembre /2011 07:49

 

«Il faut prolonger le temps d’animation au-delà des trois mois d’été» avait annoncé le maire.  Promesse tenue !

 

Après l’été, l’automne sera chaud :

plaintes en rafale,

feu d’artifice de pétards mouillés, et autres

menues bassesses !

 

 

 

La situation serait simplement absurde si elle n’était avant tout scandaleuse. Voilà en effet que notre blog est l’objet de plusieurs plaintes pour des révélations ou des propos estimés abusifs ou diffamatoires ! (les plaintes portent en fait sur 4 blogs)

Un comble ! C’est donc la voie choisie pour nous répondre, plutôt que celle, transparente et démocratique, des réponses aux questions posées publiquement au cours des conseils municipaux!

« Tout ce que nous faisons est légal, moral et juste. Ce postulat ne souffre pas la contestation. Donc, taisez-vous car il n’y a rien à dire ! » Voilà ce que voudraient signifier les plaintes, et voilà ce que les juges auront à trancher. Ces plaintes d’ailleurs auront pour premier effet d’accélérer nos propres procédures, ce qui ne peut que nous réjouir.

Compte tenu de l’en-cours de ces affaires, nous n’examinerons pas les faits ici même. Nos lecteurs savent nos motifs d’indignation et le contexte difficile dans lequel nous exerçons notre mission d’élus. Sachez cependant que chacune de ces plaintes fera elle-même l’objet d’une plainte en retour pour procédure abusive et entrave à la liberté d’opinion et d’expression. Nous encourageons donc nos lecteurs à persévérer dans leurs lectures pour débusquer l’information derrière la communication officielle.

Oui, l’automne sera chaud.

                                           ……………………………………….

 

A propos de contexte difficile : chacun voudra bien se souvenir que le 25 septembre prochain, aura lieu le scrutin pour les sénatoriales. Les candidats se sont lancés depuis plusieurs semaines déjà dans la campagne. Il s’agit pour chacun d’entre eux de rencontrer le maximum de maires et de conseillers-électeurs pour les convaincre de faire le bon choix (eux, bien sûr). C’est dans cette perspective qu’un des sénateurs sortants, candidat à sa propre succession, a souhaité rencontrer le maire et les conseillers municipaux de Saint-Cyprien, tous votants. Rien que de très normal. Mais, que croyez-vous qu’il arriva ? La réunion eut bien lieu, en la seule présence de la majorité puisque les invitations ne parvinrent que le lendemain à l’ensemble de l’opposition…Même attitude, en pire, pour la venue d’un autre candidat, homme politique de 1er plan et dont la présence dans nos murs le lundi 5 septembre, a été portée à notre connaissance par d’autres sources que la communication municipale. Cela nous a valu une jolie pagaille en mairie : visiblement nous n’étions ni attendus ni souhaités par une majorité qui était présente dans sa quasi-totalité. En conséquence, après moultes palabres nous avons été scandaleusement interdits de réunion par le seigneur du lieu, puissance invitante ; au mépris de nos mandats et de toute règle républicaine. Le candidat aux sénatoriales a eu beau se mettre publiquement à la disposition de l’opposition, où et quand elle le souhaiterait, nous tous, opposés à cette majorité d’opérette, avons quitté les lieux, en grande colère mais surtout passablement révoltés…

Ne cherchez aucune morale à cette triste histoire : il n’y en a pas !

Voilà donc une fois de plus une basse manœuvre politicienne qui en dit long sur l’amoralité du pouvoir en place qui s’essaye à nier et à écraser ce qu’il ne peut contrôler.

Qu’on se rassure : il n’y arrivera pas.

 

                                    …………………………………………

 

Tout ce qui précède rappelle les affirmations véhémentes d’un membre de la majorité, qui, lors des premiers accrochages d’il y a presque deux ans, clamait avec forces moulinets : « c’est nous qui sommes élus(tiens, la minorité n’est pas élue ?), on fait ce qu’on veut », formule reprise et mise en application depuis par d’autres de son entourage et condamnée à l’époque par M.Romeo.

 

« Vous faites fausse route » aurait dû leur dire pour le moins le duo Romeo/DeSars , les deux ralliés à la majorité, ralliés sur l’objectif avoué et prometteur d’un changement de méthode puisque le fond leur semblait bon ( !). Mais depuis ce ralliement, rien ne se passe et tout empire… L’autoritarisme désuet du maire s’accentue et par l’action zélée d’ hommes de main, donne à notre commune des allures de république bananière. Personne ne peut le contester. La nouvelle place d’adjoint de M.Romeo  reposerait-elle sur des obligations de silence? Changer la mentalité et les pratiques relèverait-il des douze travaux d’Hercule ?

Contrat non rempli, M.Romeo, mais silence assuré…

Nous constatons sans surprise que votre duo ne fait pas le poids. Tirez-en les conséquences car l’interprétation de votre « maintien aux affaires » est peu flatteuse !

 

                                        ……………………………………………

 

Encore une fois, et pour terminer ce billet, nous allons donner un conseil (inutile bien sûr… mais de bon sens) à la « majorité »: fournissez les documents que l’on vous demande, répondez aux questions que l’on vous pose, faites réellement fonctionner les commissions, respectez la démocratie au lieu de la singer, cessez vos prétentions à l’autoritarisme, expliquez l’inexplicable (on ne sait jamais..), et vous n’aurez alors, dans les blogs, que silence, concert de louanges ou contre-propositions constructives.

En l’absence de cette simple intelligence éthique et relationnelle, et face au constat désolant de procédures et de décisions inexplicables et suspectes, décisions que seule la justice pourra qualifier désormais, vous devrez continuer à faire face à l’indignation de tous ceux que préoccupe le devenir de notre ville. Le Préfet lui-même a été prévenu plusieurs fois des risques que de tels agissements font courir à l’ordre public. En vain jusqu’à présent. Or, la situation s’est fortement radicalisée au fil des mois, et nous pouvons tous craindre que le chemin soit court de la colère à la révolte. Pour l’instant, vogue la galère. Jusqu’à quand ? Nous avons beau souhaiter que l’indignation soit contenue dans les limites du respect des individus, cela ne nous empêche pas de juger les comportements et de les déclarer inadmissibles et peu respectables.

Quant à savoir s’il existe un lien entre les comportements et les individus, nous laissons à chacun le soin de répondre.

Nous, nous avons notre idée.

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Marie-Pierre Sadourny-Gomez