Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
8 novembre 2011 2 08 /11 /novembre /2011 17:49

 

 

HONTE SUR LA VILLE !

 

OUI ! M. le Maire, la population est lasse de vos mensonges et du climat de tensions que VOUS alimentez par votre dangereuse contrefaçon de la démocratie.

 

 « Il n’y aura pas de démocratie jusqu’en 2014 »

(déclaration publique du maire au Conseil Municipal du 7 Octobre 2011)

 

Un maire qui déshonore son mandat et clame son refus de la démocratie. Un maire qui pour justifier ce parjure d’un élu de la République ment jusqu’au « flagrant délire » 

Il déclare : « l’opposition a choisi de placer le débat sur le terrain judiciaire » Il oublie que durant des mois, et dès le début de son mandat, il s’est enfermé dans la pratique d’un pouvoir ultra personnel, opaque et clanique : commission fantôme et commissions fantoches – dissimulation des informations et des documents publics (y compris à l’encontre des avis de la CADA), conseils municipaux à l’ordre du jour surchargé, irrespect des usages républicains

Un maire qui a renvoyé lui-même le débat sur le terrain judiciaire en rétorquant sans cesse aux élus insoumis : « si vous estimez que cela vous porte préjudice, faites des recours »

Il a été écouté : les recours en justice ont été faits. C’était la seule voie possible pour combattre une pratique autocratique aux conséquences gestionnaires désastreuses pour la commune.

Un maire dont l’autoritarisme ne s’appuie que sur la revendication abusive de son titre issu des urnes et de son pouvoir de police en assemblée. Il impose sa tyrannie de la « majorité », majorité relative (47% des votants), minorée (dissidence des élus de P.U.G.N.A.C.E) et trahie par le total  irrespect des engagements pris devant les électeurs : le redressement financier et moral de la ville. La création d’un club house pour la pétanque était-elle une priorité ? Et la vente du terrain de la cave coopérative à une société écran ? Et la vente d’Al Fourty dans les conditions scandaleuses que l’on sait ? Et les tricheries sur les marchés et les recrutements ?

Un maire oublieux de ses devoirs et qui outrepasse ses pouvoirs par ses contournements répétés de la loi : l’abus est signifié dès janvier 2010 par son refus annoncé par voie de presse de réunir un Conseil Municipal Extraordinaire (obligeant le tiers des élus demandeurs à recourir aux tribunaux pour obtenir l’application de la loi républicaine)

Un maire qui viole la loi par ses dénis de justice : dernier en date, son refus de se conformer au jugement du Tribunal d’Instance de Perpignan du 15/07/2011 qui condamne l’EPIC Office du Tourisme à créer un Comité d’Entreprise sous peine d’une astreinte de 50 euros par jour de retard à compter de la notification de cette décision. L'Inspection du Travail, dans un courrier du 3/10/2011 demande l'exécution de ce jugement, en rappelant qu’elle avait déjà alerté de l'obligation d'un comité d'entreprise (par courriers des 19/04/2010 et 12/08/10) Le 03/10/2011 l'Inspection du travail rappelle même "que tout manquement à une mise en place peut constituer un délit d'entrave pouvant entraîner un an d'emprisonnement et une amende de 3750 €". Fin octobre 2011, le maire reste sourd aux injonctions des juges. L’EPIC OT a déjà cumulé 4750 euros d’astreinte, le prix du refus par le maire/président de l’EPIC de respecter une décision de justice. Les contribuables cyprianais en paieront la note qui grossit chaque jour.

Un maire qui honnit ces débats judiciaires et médiatiques car il veut museler l’opinion comme il interdit le débat démocratique. D’où ses plaintes contre les blogs et son jeu trouble : il s’insurge contre la polémique mais l’alimente clandestinement par l’entremise de son blog masqué. Il se dresse contre la liberté d’opinion, la liberté d’expression et de la presse qui sont les clefs de la démocratie comme la justice en est la garante.

Un maire qui ignore que la Démocratie ce n’est pas seulement l’élection, la conquête du pouvoir, mais son exercice dans la légalité et l’intérêt public. « L’opprobre » qu’il nous accuse de jeter sur la commune ne touche que les personnes – le maire et d’autres – qui s’obstinent dans l’illégalité ou pire se livrent à des pratiques que la loi pénale réprouve.

 

OUI ! Nous voulons rendre à la commune sa dignité en faisant respecter la loi et la morale Républicaine que Thierry Del Poso viole effrontément.

 

OUI ! Nous voulons rendre à la fonction de maire la respectabilité que Thierry Del Poso compromet par ses mensonges, ses irrégularités et ses délits. Le « maire » dénonce le « harcèlement judiciaire », fustige les « plaintes de tous les mardis matin » et par cette pirouette indécente tente  « désespérément » d’imposer SA notion restrictive d’une « démocratie de la critique constructive »  c’est à dire d’un chèque en blanc à la Roméo et de Sars. Le « maire » s’arroge le droit de suspendre la démocratie dans sa commune jusqu’à la fin de son mandat légal. Plus grave, il nie la réalité judiciaire d’aujourd’hui à Saint-Cyprien. Mais cette réalité judiciaire le rattrape :

1 / les actions des élus : recours en annulation des actes au Tribunal Administratif (une quinzaine dont les 3 premiers jugements rendus ont rectifié les illégalités de l’EPIC TOURISME, les autres sont en instruction), autres recours via la CADA (pour dissimulation de documents) et 4 plaintes au pénal pour délits de faux et usage de faux en écriture publique, prise illégale d’intérêt, favoritisme, corruption et trafic d’influence, toutes considérées recevables par le Procureur de la République et transmises à la Police Judiciaire pour enquête préliminaire.

2/ les autres recours des particuliers (5 à notre connaissance) : les propriétaires de mobil homes ou des fonctionnaires municipaux (policier maltraité, agent de l’EPIC licencié et syndicaliste de l’EPIC)

 

Ce maire, braconnier de la loi et de la morale républicaine, jette le discrédit sur sa ville.

Voici ce que titre FR3 après la prestation du maire :

« Saint-Cyprien n’a pas bonne réputation »,

(Site FR3 Languedoc Roussillon article du 14/10/2011)

 

Qui jette « l’opprobre » sur la ville ?  Qui déshonore le mandat de maire ?

LES MENSONGES DU MAIRE EN DIRECT : UNE ESCALADE !

 

« Nous avons à faire à une équipe qui nous dit que j’ai cédé un fonds de commerce » - FAUX Ce n’est pas notre grief : nous l’accusons, non pas d’avoir cédé un fonds de commerce, mais d’avoir fait une cession frauduleuse de la licence et de la clientèle.

« Il n’y a pas de fonds de commerce qui puisse être exploité par l’Office du Tourisme » - FAUX Le statut juridique et fiscal de l’EPIC est incontestable : l’Office Tourisme est un Etablissement Public Industriel et Commercial qui exploite les campings sous le régime fiscal des entreprises et le code du travail.

« Nous avons vendu un terrain à usage exclusif de camping… » - FAUX - L’acte notarié atteste la vente «d’une assiette foncière» qui n’a en aucun cas «une activité de camping»

« … et nous l’avons vendu 10 Millions »  - ARCHI FAUX Encaissé 9,5 millions d’euros contre une proposition EDF NEXITY de 12 millions d’euros.

 

Des énormités lâchées devant la caméra. Il soutient devant la caméra FR3 le contraire de l’acte notarié montré dans le reportage. Cet homme est un menteur, un manipulateur d’opinion.

Ce maire est indigne de son titre et de la démocratie.

 

NOUS AVONS HONTE POUR LUI ET POUR TOUS CEUX QUI LE SOUTIENNENT !

 

 

CAP ESPOIR POUR MA VILLE

 

Association à seule vocation communale qui est avant tout un espace de rassemblement et d’action des Cyprianais pour la restauration de la vie démocratique dans l’intérêt général et le respect de chacun.

 

SVP Ne pas jeter sur la voie publique

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Marie-Pierre Sadourny-Gomez