Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
28 octobre 2011 5 28 /10 /octobre /2011 05:26

 

 

Après le couvre-feu sur la démocratie,

   le maire décrète


L’état de siège à l’ex-camping du Fourty.

 

Acte 1     Mercredi 26 octobre 15h : alertés par mail ou téléphone de la possible présence du préfet à Saint-Cyprien, une vingtaine d’habitants se retrouvent devant l’entrée de l’ex-camping du Fourty, cédé par le maire, « nu et sans fonds de commerce »,  aux appétits d’un privé. Impossible d’en franchir le portail puisqu’un cordon de 10 à 12 gendarmes en interdit l’accès. Interloqués par ce déploiement de force, les cyprianais assistent médusés à l’entrée impériale d’une voiture avec à son bord le maire mal-aimé.

Le cordon de gendarmes se reforme après le passage du vendeur.

On suppose que les autres personnalités sont déjà à l’intérieur.    

                                                                                                        

 Fin du premier acte. On attend.


Acte 2   On va aux nouvelles : contrairement aux attentes, le Préfet n’est pas là en personne mais son secrétaire général a fait le déplacement pour présider… une simple commission de sécurité !  Les forces de l’ordre auraient été réquisitionnées pour assurer une haie d’honneur au représentant de l’état. Nous respirons : les gendarmes ne sont pas là pour nous, ni même pour le maire.                                                                                                                                                      

Pourtant, nous observons que M. Dufraisse, Directeur de cabinet du maire, légèrement pincé, et le jovial M. Civale, juriste municipal, épaulent les forces de l’ordre : identifier les possibles trublions relève apparemment de leurs fonctions. Ils ont fait don de leur personne et renforcent avec beaucoup de sérieux la garde prétorienne.

Des regards se croisent, des mots s’envolent.                                                                                                                                                             

Fin du deuxième acte. On attend.


Acte 3  On s’explique : la presse s’approche, sans escorte, du groupe des          dangereux badauds.                                                                                                                                                                       

-- Que faites-vous ici ? Vous manifestez ?  Contre qui ou contre quoi ?                                                                                                            

--Nous ne manifestons pas, du moins aujourd’hui. Nous sommes ici  pour constater !      

                                          

Constater la présence de l’Etat, en la personne du Préfet ( ! ou du Sous-Préfet), venu pour autoriser la poursuite d’exploitation d’un camping qui n’existe pas mais qui fonctionne depuis plus de 9 mois.                                                                                                                                              

L’Etat qui ne s’est pas ému pour l’instant des plaintes déposées par 50 propriétaires de mobil-homes qui s’estiment grugés.

L’Etat qui ne bronche pas sur les conditions de vente de l’ex camping, conditions de vente  qui font pourtant l’objet d’une procédure judiciaire.                                                                               

Constater ou du moins redouter l’instrumentalisation d’un évènement somme toute banal, une simple commission de sécurité, à des fins politiciennes.   

                                                                                                                                                                                                                                                             Fin du troisième acte.  Inutile d’attendre, « ils » ne sortiront pas.                                                                                                                                      

On quitte les lieux. 

                                                                                                                                                                     

Le cordon de gendarmerie se disloque.       

                                                                                                                                                        Le siège est levé.                                                                                                                                                                                 

Partager cet article

Repost 0
Published by Marie-Pierre Sadourny-Gomez