Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
23 août 2012 4 23 /08 /août /2012 21:29

 

 

 

Vous le voyez, le temps nous manque désormais pour écrire souvent sur ce blog. C’est au fond rassurant, le contraire indiquerait un temps libre qui ne conviendrait pas aux personnes comme nous qui travaillent et qui militent activement dans notre ville. Nous voulons toutefois vous livrer quelques remarques sur les mois écoulés et les temps à venir.


Nous lisons, ici ou là, des commentaires, nous entendons des réflexions,  d’impatience ou de scepticisme. Notre action serait prudente, équilibriste, pour ne pas dire immobiliste. Nous comprenons les attentes, nous savons que l’action humaine est perfectible, nous connaissons le devoir de dévouement à la tâche et de réussite qu’exige le petit exercice des responsabilités qui nous ont été confiées par les Cyprianencs. Mais nous voulons dissiper les malentendus et corriger une injustice. Tout, évidemment, ne peut être fait, nous sommes des élus d’opposition, mais le travail accompli est effectif.

 

Notre « blog » n’a d’autre ambition que d’informer  nos concitoyens sur la conduite des affaires municipales, de porter un jugement sur ce que nous constatons et de les alerter si, à notre avis, le bon cap n’est pas tenu.

Nous pensons remplir cet engagement.

Nous estimons en effet que ceux qui nous ont fait confiance pour « faire de la politique autrement » comprendraient mal que nous utilisions le combat pour notre ville comme instrument de convictions partisanes.

 

Nous nous sommes sérieusement et soigneusement préparés à ce mandat d’élu. Même d’opposition !

Nous savions, d’abord, l’état de la ville, affaibli à la fois par une gestion  marquée par l’iniquité mais aussi par une ville surendettée.


La ville doute d’elle-même, se défie des politiques, parce qu’elle ne saisit plus le sens de son avenir. Elle n’est plus au clair sur son vivre ensemble. La tâche est donc considérable, lourde, elle est historique. C’est pourquoi, dans les campagnes municipales de 2008 et 2009, nous avons tant insisté sur le redressement dans l’équité, dans la justice. Car, si le redressement est indispensable, et s’il appelle des efforts, ceux-ci ne peuvent être acceptés que s’ils sont, à l’opposé des dernières années, justement partagés.

 

Tel est l’engagement pris devant les Cyprianencs, tel est le contrat passé avec eux dans l’élection : nous le respectons et nous le respecterons.

La démocratie suppose la confrontation, elle va de pair avec la contradiction, le débat politique exige l’existence d’une majorité et d’une opposition, structurée autour de conceptions, de visions, parfois de valeurs alternatives. Bref, on ne peut pas plaire à tout le monde, il serait vain de le chercher. Mais chacun doit reconnaître, s’il est de bonne foi, la cohérence, la constance, la ténacité de notre groupe municipal.


Le travail de l’opposition est aussi ingrat que complexe. Quelques soient les efforts déployés, il est par essence condamné à ne pas toujours aboutir, à ne pas toujours influencer une décision mais toujours à n’être jamais affiché !


Nous remplissons avec force, en y mettant toute notre énergie, en y donnant le meilleur de nous-mêmes, en bonne intelligence, notre rôle d’élu d’opposition. Soudés et mobilisés, nous observons scrupuleusement – ce qui ne veut pas dire sans réflexion ou sans souplesse.


Nous voulons, d’abord, rendre à la politique sa dignité. Le chemin est encore long, mais la direction est tracée.


Nous voulons, ensuite, redresser la ville : ce sera même le cœur de notre action.  Nous nous battons pour préparer l’avenir.


Nous voulons pour redresser la ville, équilibrer les comptes publics, maîtriser, optimiser et prioriser les dépenses publiques. Nous sommes convaincus, profondément et depuis longtemps, que la dette publique est l’ennemie des politiques publiques, du progrès. Se désendetter, diminuer les déficits, ce n’est pas se soumettre au libéralisme, c’est retrouver des marges de manœuvre, c’est reconquérir des moyens pour agir.

 

Après plusieurs mandats passés dans l’opposition, nous avons pris conscience de l’importance de son rôle.

L’élu d’opposition doit cesser d’être considéré comme la cinquième roue du carrosse municipal. En tant que représentant du peuple, son rôle est incontournable pour le bon exercice de la démocratie.


La politique nous passionne et nous mobilise pleinement. Nous voulons être davantage encore, des élus d’opposition écoutés, respectés qui accompagnent les habitants de cette ville.


Nous venons de présenter et de remettre ce soir au conseil municipal du 23 août des propositions,  elles sont le fruit de l’expérience d’élus municipaux d’opposition.


Elles visent à :

-          Améliorer la représentativité des différentes instances de nos villes.

-          Permettre à l’élu d’opposition de mener sa mission à bien.

-          Faciliter le contrôle de la collectivité par les conseillers d’opposition

-          Préciser les conditions des communications liées à l’opposition.


Nous souhaitons :

-    Avoir les documents que l’on demande.

-         Avoir de véritables et complètes réponses aux questions que l’on pose.

-         Avoir de réelles commissions permanentes qui fonctionnent.

-         Avoir le respect de la démocratie.

-         Avoir une simple intelligence relationnelle, face au constat désolant de procédures et de décisions inexplicables.

 

Nous proposons :

·         De confier la présidence de la commission des finances à un membre de l’opposition, comme c’est le cas au niveau du Parlement.

·         D’assurer une présence minimale systématique de l’opposition dans chaque instance (EPIC Office de tourisme, Port etc.).


 Le rôle principal d’un conseiller d’opposition doit être le contrôle de la collectivité, sur le même modèle qu’au Parlement. Trop souvent, ce rôle est nié et combattu par la majorité. Contrôle qui peut facilement devenir constructif si les expériences et compétences de chacun sont sollicitées et utilisées dans la préparation des programmes et des décisions.


Un cadre doit donc être défini explicitement.


Nous prônons en particulier trois mesures, susceptibles de répondre (partiellement) à cette problématique :

·        l’augmentation du délai de convocation et de communication des éléments avant chaque conseil municipal.

·        la possibilité d’ajouter un point à l’ordre du jour du conseil municipal.

·         la possibilité de mettre en place des missions d’information et d’évaluation.


Nous demandons :

·        De permettre la rédaction du compte-rendu du conseil municipal, nous ne pouvons plus nous contenter de voir retracer uniquement les résultats des votes, qui peuvent avoir plusieurs significations.

            - Le Compte Rendu doit rendre compte des délibérations et débats ayant eu lieu lors de l’assemblée.

            - Le Compte Rendu doit indiquer les justifications des votes en plus des votes eux-mêmes.

·        De permettre aux élus d’opposition de participer aux événements de terrain.

·        De permettre l’inscription de l’ensemble des conseillers municipaux, dans la liste du protocole.

·        De mettre à la disposition de tous les conseillers municipaux un calendrier des événements prévus par la collectivité, afin de permettre à chacun d’y participer.

 

C’est à tout cela qu’il faut réfléchir... ce sont en quelque sorte, les devoirs de rentrée.

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Marie-Pierre Sadourny-Gomez